La parentalité positive, qu’est-ce que c’est?

La parentalité positive, qu’est-ce que c’est?

Vous avez entendu parler de l’éducation bienveillante dernièrement et vous vous demandez en quoi elle consiste? La discipline positive ou de la parentalité positive en sont des synonymes. Faisons la lumière sur cette façon de faire et surtout, sur comment l’intégrer dans votre quotidien.

La parentalité bienveillante s’appuie sur les recherches récentes au niveau des neurosciences qui nous ont amenés à mieux comprendre le développement de l’enfant, de son cerveau et ses impacts au quotidien. Être bienveillant signifie être attentionné, indulgent et gentil à l’égard des autres. De ce fait, l’approche de la parentalité bienveillante accorde de l’importance au bien-être de notre enfant plus qu’à son obéissance envers l’adulte. Elle nous invite à repositionner notre façon de voir l’enfant en se mettant à sa place pour comprendre sa perception des choses ainsi que comment il peut les vivre.

La parentalité positive met de l’avant les principes de la communication non violente où les cris n’ont pas leur place et où l’écoute et le respect sont fondamentaux. Elle invite au dialogue, aux échanges entre parents et enfants, à faire preuve d’empathie envers votre petit ou grand coco. L’éducation positive accorde une grande importance aux émotions des enfants. Elle invite les parents à les reconnaître, les nommer, les refléter à leurs enfants, à prendre le temps d’en discuter.

Au niveau de la gestion des consignes au quotidien, la parentalité bienveillante favorise une approche de responsabilisation et de coopération. Le parent porte un chapeau d’accompagnateur de son enfant dans son développement et à travers sa prise de décision au lieu d’un parent plus directif ne visant que l’obéissance. N’allez pas imaginer qu’il n’y a plus aucune règle ni limite. Bien sûr, les techniques associées à la parentalité visent aussi l’établissement d’un cadre parental constant et cohérent. De plus, cette approche stipule que, derrière les comportements inadéquats de votre enfant, se cache un besoin qui peut être non comblé. En tant que parent accompagnateur de son enfant, prendre le temps d’identifier à la source ce qui dérange votre enfant et y répondre rendra celui-ci plus heureux et collaborant!

Comment intégrer peu à peu les pratiques de la parentalité bienveillante :

→    Aider votre enfant à mettre des mots sur les émotions qu’il vit en considérant vous-même ces mêmes émotions.  Utilisez des phrases du type : « Oh, je vois que tu es triste de partir déjà de chez grand-maman. » au lieu de « Voyons là, arrête de pleurer, ce n’est pas grave on revient la semaine prochaine. »

→    Prévoir des moments de discussion et d’amour où vous écoutez totalement votre enfant. Les enfants ont besoin de remplir leur réservoir d’affection pour se développer sainement.

→    Intégrer votre enfant dans la recherche de solutions lorsque vous faites face à un problème ou une difficulté qui le concerne.

→    Donner des consignes claires formulées à la positive. Éviter les interdits en nommant ce que vous vous attendez de votre enfant. Ex. : « La cuillère est faite pour manger et elle va sur la table » au lieu de « Arrête de lancer ta cuillère ». Dans le 2e cas, l’attention de l’enfant demeurera sur le mot lancer.

→    Privilégier les conséquences logiques et les gestes réparateurs aux punitions et retraits.

→    Dans le but de favoriser l’autonomie et la responsabilisation de votre enfant, utiliser des routines et des séquences pour qu’il puisse faire les tâches seul.

L’intégration des principes de la parentalité positive peut parfois sembler ardue, il faut y aller pas à pas en essayant quelques petites choses au quotidien. Et n’oublions pas que le centre de toute approche est le bien-être de l’enfant au sein de sa famille!

Pour en apprendre plus :

Filliozat. (2011). J’ai tout essayé.

Valet. Dr G-M. (2016). Les 101 règles d’or de l’éducation bienveillante. Larousse Poche.

 

 

Pénélope Allen,

Psychoéducatrice

image1.2joseph-gonzalez-273526-unsplash