Les jeux de bataille

Les jeux de bataille chez les enfants de 4-5 ans sont souvent très populaires. Par jeux de bataille, on entend souvent le chamaillage, les courses de type police-voleur, le roi de la montagne, les super-héros, les jeux de guerre, etc. dans lesquels des bousculades sont présentes. Selon les milieux de garde et les familles, ces jeux sont plus ou moins acceptés pour diverses raisons et valeurs. Qu’en est-il de la place des jeux de bataille dans le développement normal de l’enfant?

Les jeux de bataille sont un jeu de rôle tout comme l’est celui de jouer au restaurant ou à la famille. Jouer à être un chevalier avec son cheval et une épée ou au policier qui arrête un voleur est un moyen pour l’enfant de faire semblant. L’enfant adore reproduire, imiter, faire comme les autres, et cela est bénéfique pour lui. Souvent plus populaires chez les garçons, les jeux de bataille peuvent représenter une façon de s’exprimer. Ces jeux permettent d’entrer en contact avec les autres enfants, de développer des habiletés sociales, des habiletés de gestion des émotions et d’autocontrôle (retenir un geste agressif, par exemple). En plus, ils favorisent l’imaginaire puisque l’enfant s’invente des histoires tout en apprenant à mettre en place des règles au sein du groupe de pairs.

Un jeu de bataille n’est pas nécessairement violent, et cela n’est pas le but recherché non plus. Si un enfant fait preuve d’agressivité (tape, pousse, frappe délibérément) régulièrement dans le cadre de ces jeux, il est souhaitable de se questionner sur la présence de besoins sous-jacents chez cet enfant.

Quelques façons concrètes d'intégrer les jeux de bataille dans notre quotidien

  • Jouer avec les enfants permet de leur offrir un modèle approprié de jeu, de le rediriger au besoin et de les soutenir dans le développement de leurs habiletés d’auto-contrôle des gestes agressifs.
  • Délimiter un espace où les jeux de bataille sont permis (un espace dans la cour extérieure, une pièce de la maison, etc.)
  • Au début, privilégier une surveillance accrue de cette zone de jeu pour enseigner aux enfants de quelle façon il est possible et accepté de jouer à ces jeux.
  • Délimiter un temps où il est possible de s’y adonner en utilisant une minuterie ou un time timer pour que les enfants découvrent d’autres jeux.

La plupart du temps, ce sont plutôt les adultes qui ne sont pas à l’aise avec le fait que les enfants aient de tels jeux. Il est alors important de se demander pourquoi, avec nos lunettes d’adultes, nous voulons limiter ces jeux qui ont des impacts importants et nombreux sur le développement de l’enfant!

Pénélope Allen,

Psychoéducatrice

Autres articles sur le blogue

Les coups de coeur Déclic pour les fêtes!

10 ans pour changer le monde!

Libérer nos talents pour créer de la valeur

Prenez rendez-vous avec nos spécialistes