La recette Déclic

Appel d'une canditate à l'emploi

– Mme Gaudreau?

– Oui.

– Ici Cadleen Désir de Déclic. Je voulais faire un retour sur votre candidature au sein de notre organisation. Permettez-moi tout d’abord de vous remercier pour la confiance que vous nous témoignez en envoyant votre CV et en acceptant de remplir notre test psychométrique. Votre bagage professionnel est riche et vous semblez avoir des compétences pertinentes au poste. Toutefois, Déclic ne sera pas en mesure de retenir ce profil pour le poste actuel.

– Oh! Cela m’étonne et je suis surprise, déçue même. Est-ce indiscret de vous demander pourquoi?

– En fait, nous pensons que Déclic ne sera pas un lieu où vous pourrez exploiter vos talents au maximum. Notre environnement de travail ne rendrait pas justice à vos besoins et vous risquez de ne pas faire briller votre potentiel professionnel.

– Qu’est-ce qui vous fait dire ça? Je suis votre entreprise depuis des années et votre mission m’interpelle.

– Je n’ai aucun doute que nous partageons probablement les mêmes aspirations. Par contre, nous avons besoin de structures différentes pour y arriver. Selon votre profil psychométrique, vous semblez être optimale dans un environnement structuré avec des règles clairement établies et où vous pourrez mener des projets individuels. Chez Déclic, le changement est notre seule constance et nous sommes appelé.e.s à travailler au sein de plusieurs équipes différentes au quotidien.  Notre environnement nécessite donc de grandes capacités d’adaptation.

Le processus

Avant même l’étape de l’entrevue, un.e candidat.e qui nous envoie son CV sera invité.e à passer un test psychométrique. Celui-ci nous permettra de savoir si l’environnement de travail offert par Déclic sera optimal pour elle ou lui et si elle ou il pourra y faire rayonner ses forces au quotidien. Au delà du savoir-faire, nous croyons fermement que la contribution d’un.e professionnel.le va être fortement influencée par le système dans lequel il ou elle évoluera. Un.e candidat.e, même talentueux.se, qui n’est pas dans un milieu compatible avec ses forces sera à risque de manque de motivation et d’épuisement professionnel.

Depuis 12 ans, j’ai le privilège d’être aux premières loges et d’assister aux progressions des enfants, des familles et des professionnel.le.s qui ont constitué l’ADN de notre organisation. En accompagnant les Décliccien.ne.s dans leur développement professionnel, l’organisation contribue au déploiement des talents des enfants à besoins particuliers. 

J’ai la prétention de croire que, chez Déclic, les professionnel.le.s s’accomplissent en progressant dans leur savoir-faire et en nourrissant leur savoir-être. Ils et elles y arrivent parce que nous mettons en place un écosystème qui optimise leurs forces.

Le virage

Il y a 8 ans, alors que je me démenais corps et âme pour maintenir l’organisation en vie, je devenais le portrait craché de tout ce que je n’aimais pas des propriétaires d’entreprises : stressé.e.s, méfiant.e.s et contrôlant.e.s. Suite au premier déménagement dans ce qui allait devenir notre siège social, je réalisais que je n’avais pas bien évalué l’ampleur des coûts d’un déménagement et de l’impact sur une TPE ( très petite entreprise). De plus, nouvellement maman pour la deuxième fois, je composais alors avec la frustration de ne pas avoir de congé de maternité, la culpabilité maternelle de ne plus être exclusive au premier enfant et les défis de croissance de Déclic. Petit à petit, j’ai laissé le doute, la pression et les attentes sociales dicter les comportements de l’entrepreneure que je devenais. Je venais de procéder à des coupures de poste, la banque nous avait gentiment dit qu’ils voulaient « tirer la plogue » puisque ça faisait presqu’un an que nous étions « dans la marge », je me faisais rouler par mon comptable, je découvrais la réalité de la bureaucratie chez Revenu Québec et un programme gouvernemental nous donnait le peu d’oxygène possible pour « passer au travers ». Bref, je ne reconnaissais plus du tout mon rêve d’entreprise sociale, ouverte et transparente du début. La méfiance et l’amertume teintaient mes perceptions et dessinait un futur de contrôle, de performance et vide d’humanité. Cette période n’a pas duré très longtemps mais juste assez pour que je ne me reconnaisse plus! J’avais besoin de retrouver mon plaisir au travail pour ne pas y laisser ma santé.

C’est par hasard, dans un moment de « bah! Je n’ai plus rien à perdre! », que j’ai décidé de passer un test de talents accompagnée d’une professionnelle. Ce fût pour moi une révélation! La justesse de ce type de test est de mettre des mots sur ce en quoi j’excelle. ENFIN, je pouvais choisir avec conviction les activités à déléguer, et celles que je devais garder, pour me concentrer sur MES zones de talents. Il ne s’écoula pas trop de temps avant que je fasse passer le test à ma garde rapprochée. Il y a eu quelques chocs, de belles révélations et des changements de carrière, mais, en trois mois, la dynamique avait positivement évolué et nos regards devenaient empreints de reconnaissance et de valorisation.

Ma priorité devenait de plus en plus claire: réaliser chez Déclic, cet environnement où l’individu pourrait en tout temps avoir l’occasion de faire rayonner ses talents.

La culture par talents

La culture par talents de Déclic va au-delà du fait de reconnaître les forces des enfants que nous accompagnons. Parce que nos babines DOIVENT suivre nos bottines, nous croyons fermement que la meilleure façon de faire briller le potentiel des enfants c’est d’abord de le faire pour soi. Un.e Décliccien.ne qui accompagne les enfants à faire briller leurs talents saura mieux le faire une fois qu’elle aura pu identifier et habiter ses propres forces.

Lorsque nous arrivons personnellement et entre collègues à reconnaître nos forces, nous créons des relations professionnelles riches et pleines de sens. Étant plusieurs à partager cette attitude, cette richesse devient exponentielle. C’est à ce moment qu’apparaissent le neuf, l’innovation et les avancées enrichissantes pour les enfants que nous accompagnons.

Avec le temps, cette approche a mûri. Un savoir-faire, propre à nous, a émergé et défini le coeur de notre culture organisationnelle. Déclic a su traverser des périodes de turbulence en s’appuyant sur les forces de ses individus. Nous avons réussi à établir une culture forte, authentique et où les relations entre collaborateur.trice.s expriment une égalité humaine sans hiérarchie sociale.

Cadleen Désir
Fondatrice

Autres articles sur le blogue

Les coups de coeur Déclic pour les fêtes!

10 ans pour changer le monde!

Libérer nos talents pour créer de la valeur

Prenez rendez-vous avec nos spécialistes